2005. Drama Box




Para Amália
- 2015 -
Delikatessen Café Concerto
- 2013 -
Senhora da Noite
- 2011 -

Ruas
- 2009 -
Drama Box
- 2005 -
Canto
- 2003 -

Ritual
- 2001 -
Paixões Diagonais
- 1999 -
Garras dos Sentidos
- 1998 -

Tanto Menos Tanto Mais
- 1995 -
Fado
- 1993 -
Mísia
- 1991 -

Cliquez sur un album pour plus d'info

Ute Lemper,
Chanteuse


"Quand Mísia chante, on est transporté dans un univers de passion théâtralisé et de profondeur émotionnelle." [+]


FacebookYouTubeMySpaceTwitterFlickrSoundCloudiTunes



Drama Box (2005)

Présentation de l'Album

Drama Box, ce sont des tangos, des boléros, des fados ; ce sont des paroles et des musiques du sud, tout fleurissant de nerfs et de rouge, chantées ici par Mísia. Comme une athlète d'émotions, ainsi que Kleist disait pour parler des grands acteurs, Mísia nous fait parcourir dans Drama Box le cycle irrésistible de la passion : "d'abord il faut savoir souffrir, et puis aimer, et puis partir et enfin aller sans pensée..."

L'amour comme la tristesse ne sont pas propres à un lieu, ni à une époque, et, pourtant, dans Drama Box nous sommes transportés vers une ville, faite de nuit et de toujours. Ce peut bien être Buenos Aires, ou Lisbonne, ou Paris, ou Barcelone, mais il y aura des poètes fiévreux de passion et des musiciens possédés. Et il y a sans nul doute au milieu de cette ville où nous sommes conduits par la voix de Mísia un spectacle rare d'où nous embarquons, l'unique édifice consenti par la passion: le puits de la mort, divertissement populaire et risqué. Car en entendant Mísia chanter de cette manière, autant à la mode de Buenos Aires qu'à la mode portugaise, nous sommes attirés par cette expérience unique, irrésistible et véloce de la descente dans ce puits qui, à présent, désormais intérieur à chacun de nous, est un tourbillon d'émotions, d'images, de saudades, de souvenirs, de gestes et paroles anciens, et, ainsi, à la vitesse vertigineuse que ces chansons installent, nous défions l'équilibre des jours, le confort des certitudes, nous retournons à une animalité tantôt désespérée, tantôt langoureuse. Mais après avoir écouté Drama Box nous savons qu'il n'y a pas d'autre sortie digne pour la désespérance et que ce n'est qu'en amants persévérant au-delà de la perte que nous aurons bien mérité de la vie.

On connaît l'importance de l'image dans le travail de Mísia. Il s'agit d'une attitude singulière de reconnaissance pour qui écoute et pour qui voit, à qui elle s'offre sur scène avec la délicatesse d'un cadeau oriental. Mais bien avant cette offrande il y a la voix et cette manière de chanter le souvenir qui le change en douleur physique au fond de nous et partout alentour, et qui illumine à l'intérieur du corps les sentiments perdus ou frappés d'illusion pour les ramener à la vie. Ces chansons appartiennent à une religion sans dieu, faite de rites urbains, excessifs et exubérants, de rencontres fugaces au coin des rues, "quand un feu de Bengale éclate dans nos cœurs", aux secrets et à l'appartenance unique. Il ne faut pas craindre de le dire: c'est dans l'excès de la passion comme dans la démesure apportée par la perte que ce qu'il y a de plus grand en chacun se change en dieu ou en rien. Mísia chante et nous fait sentir toute l'intensité dans le souvenir de la fleur qui fut touchée, dans la porte qui fut passée, comment dans la poitrine a brûlé la première étreinte, la saudade du premier rire, et elle chante tout cela sans rendre nébuleuses les paroles. Dans une diction pure, une façon de calquer les syllabes: les plus douloureuses sur ce qu'elles contiennent de plus fort, tout en dilatant certaines autres, celles qui promettent le plus d'amour.

Il est vrai qu'il n'y a pas de nom de femme plus commun que celui de Maria comme dans le tango "C'est moi Maria", ce qui veut dire que cette souffrance de la perte est universelle, et, pourtant, chaque être aimé sent que sa perte est unique et la plus excessive et la plus injuste ; alors la grandeur de cette œuvre musicale qu'est Drama Box, de ses arrangements, des paroles, mais principalement de l'interprétation de Mísia, c'est de faire que nous nous sentions uniques aussi bien dans la grandeur de la passion que dans celle de la perte. Et cela est très rare, n'étant possible que lorsqu'on est une grande chanteuse.

António Pinto Ribeiro

Note

Mísia a voulu cet album dont elle est la productrice comme une boîte de Pandore: Drama Box est le coffret sobre et précieux d'origines vagabondes et d'amours tumultueuses. Alors du Fado bien sûr, mais émancipé des clichés du genre. Et pour la première fois, des réminiscences de l'univers de sa mère espagnole, sur d'intemporels Boléros et Tangos : les chansons de Mísia révèlent un femme déterminée mais espiègle, fidèle mais libre, sensible et téméraire. Album avec la participation de Fanny Ardant, Maria de Medeiros, Ute Lemper, Carmen Moura et Miranda Richardson.

Télérama FFF, France.


Tracklisting

Durée totale: 54'09

01. Ese Momento (4'03)
02. Te Extraño (4'11)
03. Fogo Preso (par Fanny Ardant) (1'19)
04. Fogo Preso (3'11)
05. Anjo Inútil (2'53)
06. Fado do Lugar-Comun (4'28)
07. E se a Morte me Despisse (2'29)
08. Gaivota Doente (3'33)
09. Se o Nosso Mundo Anoiteceu (2'34)
10. Cicatrizes (3'29)
11. Fado Adivinha II (2'53)
12. Coraçao Agulha (3'31)
13. Naranjo en Flor (3'35)
14. Los Marcados (3'50)
15. Yo soy Maria (4'13)
16. Fogo Preso (4'45)

Extraits Audio

Soundcloud: cliquez ici


Photos

Plus de photos: cliquez ici



© Sophie Calle (No 1) & CB Aragão (No 2,3,4,5)



Vidéos

Clip Vidéo "Ese Momento"