2003. Canto




Para Amália
- 2015 -
Delikatessen Café Concerto
- 2013 -
Senhora da Noite
- 2011 -

Ruas
- 2009 -
Drama Box
- 2005 -
Canto
- 2003 -

Ritual
- 2001 -
Paixões Diagonais
- 1999 -
Garras dos Sentidos
- 1998 -

Tanto Menos Tanto Mais
- 1995 -
Fado
- 1993 -
Mísia
- 1991 -

Cliquez sur un album pour plus d'info

Eduardo Prado Coelho,
Essayiste


"Celui qui sera capable d'entendre la voix venue des brûlures de la gorge, celui qui saura suivre la marche nocturne d'une diction d'une intelligence hors du commun, des textures verbales et des émotions ardentes qui s'y recueillent, celui-là pourra comprendre que ce n'est pas toujours de côté des blessures exposées que la douleur est la plus aiguë (trema em cima do u). Mísia a un rapport avec le fado qui touche au domaine mystique - et nous effraye presque." [+]


FacebookYouTubeMySpaceTwitterFlickrSoundCloudiTunes




Canto (2003)

Présentation de l'Album

Un travail s'inspirant de la musique de Carlos Paredes faisait partie de ma galerie de choses impossibles. J'y emmagasine des disques naissant des tableaux de Marc Rothko, complices des crimes sculpturaux de Louise Bourgeois, échappés des photographies de Francesca Woodman ou tout transis par la faute de Peter Handke. Sans oublier Arseni Tarkovski et d'autres poètes qu'on ne peut chanter, à moins que... "Que ne me guide l'aiguille aérienne vivante de par le monde tel un fil de lin".

Il serait plus sensé de continuer ma merveilleuse autant que névrotique relation avec le Fado. M'absentant de tout bon sens, j'ai fini par faire ce disque, en sept mois, possédée par la frénésie et l'affection. D'un côté l'œuvre géniale de Paredes, de l'autre la résistance et même la responsabilité du matériau.

Il importait d'écouter attentivement les "opinions" du disque. De choisir un répertoire en suivant une ligne de chant que j'étais la seule à pouvoir entendre au fond de moi. De trouver qui posséderait la sensibilité et la maîtrise nécessaires pour découper à même la musique des vers à la métrique imprévisible pour cause d'irrégularité. De chercher pour les arrangements et pour l'exécution le musicien qui comprendrait le caractère à la fois érudit et populaire, le côté portugais et la dimension universelle de cette œuvre, sans en meurtrir la modernité ni l'authenticité. De défier mes guitaristes de Fado de Lisbonne pour qu'ils jouent dans un langage musical qui n'est pas le leur. De chanter sans caricaturer les mélodies en "fados forcés", mais sans jamais nier l' "âme fadiste" qui se trouve pour toujours dans ma voix. Si le Fado est un "mode de sentir", un "état d'esprit", ce disque est sans aucun doute un disque de Fados même si les musiques n'en sont pas.

J'ai toujours su qu'un nouveau "corpus" devait naître de la rencontre de toutes ces particularités créatrices et n'ai jamais voulu m'approcher de la réduplication peu glorieuse d'une esthétique qui n'appartient qu'à Paredes et dont lui seul, lui seul absolument, personne d'autre, conserve le secret pour toujours.

"Canto" est une offrande.

Et ce n'est qu'à présent, après quelque vingt-cinq ans de "planches et autres pirouettes", que je suis prête à la déposer en paix, sans crainte ni tremblement.

Je remercie tous ceux qui m'ont aidée à faire ce disque. Je me sens tout spécialement débitrice de Vasco Graça Moura, auteur de la plupart des poèmes. Pour avoir écrit pour la première fois à l'intention d'une voix identifiée, en ne ménageant ni son talent et son érudition poétiques, ni sa rarissime compréhension des nécessités métriques et prosodiques qu'un tel travail supposait. Pour avoir démontré une élégante fidélité à l'intention de Paredes, tantôt en respectant le passé du thème musical (António Matelot - Présages d'Alfama), tantôt en incluant dans ses poèmes des références aux titres des musiques (Chanson pour Titi - Chère tante si bonne) . Enfin, en écrivant selon une beauté si prodigieuse que je sens bien qu'en chantant ses paroles c'est comme un être humain qui a grandi depuis des tréfonds de moi-même dont j'ignorais l'existence. Débitrice de Sérgio Godinho (auteur de mon premier fado inédit, il y a treize ans), pour l'acuité et la qualité indépassable de son texte destiné à Racine et pour les émois qui l'ont motivé. Merci beaucoup Sérgio. Et puis, pouvoir chanter un "classique" comme Vertes années de Pedro Tamen, constitue déjà, à soi seul, un motif de gratitude envers son auteur. Merci beaucoup aussi à Henri Agnel, musicien spécialiste des Musiques Arabe et de la Renaissance, compagnon des tournées françaises de Paredes et connaisseur de sa musique depuis trente ans, pour l'émotion et la richesse des arrangements musicaux. Nous entendons le rythme de la danse orientale "baladi", venue du sud de l'Égypte (Nubie), dans Chanson pour Titi, le rythme persan "de la mère", ou "du battement du coeur", au début de Racine, juste avant une danse de la Renaissance. Accordé sur un diapason médiéval, voici que surgit le sistre de la cour d'Isabelle (ancêtre de la guitare portugaise selon certains) dans l'improvisation de Ah non II. Sons sophistiqués du quintette de solistes de la Camerata de Bourgogne en parfaite convivialité avec les deux guitares, la classique et la portugaise, de notre fado de Lisbonne.

Mon "Canto" que voici est dédié à Carlos Paredes avec en lui ce que j'ai pu trouver de mieux à lui offrir. Je ne saurai jamais si "le musicien" aurait aimé ce disque mais je veux croire que son cœur généreux un jour au cours du Temps sentira la tendresse et la vénération dont ce travail a été conçu, ressenti et accompli.

Mísia

Note

Projet inédit, inspiré par la musique du compositeur et guitariste portugais Carlos Paredes résultant de la rencontre de langages artistiques différents, inspiré de la musique de Carlos Paredes. Poèmes de Vasco Graça Moura, Sérgio Godinho et Pedro Tamen. Sur cet album, Mísia a conservé ses guitaristes de Fado et son violoniste portugais, sous la direction du producteur et arrangeur Henri Agnel. Participation du quintette soliste de la Camerata de Bourgogne.

Télérama FFF, France & Prix de la Critique du Disque, Allemagne.


Tracklisting

Durée totale: 47'03

01. Presságios De Alfama (4'32)
02. Sem Saber (3'20)
03. Lamento Das Rosas Bravas (3'30)
04. Tia Minha Gentil (4'24)
05. Ah Não (3'21)
06. Canção De Alcipe (3'09)
07. Nenhum Sonho Se Entrega A Chegada (3'36)
08. Horas De Breu (3'52)
09. Valsa Das Sombras (4'09)
10. Verdes Anos (3'55)
11. Tim Tim Por Tim Tim (2'56)
12. Ah Não II (3'30)
13. Balada De Coimbra (3'15)

Extraits Audio

Soundcloud: cliquez ici


Photos

Plus de photos: cliquez ici



© CB Aragão