Mísia dessine des larmes dans toutes les langues.*


Mísia est née à Porto et fait partie de la troisième génération d'une famille d'artistes. Sa mère était une danseuse de musique classique espagnole, sa grand-mère, une artiste du music-hall et du burlesque. Toute les deux originaires de Barcelone. Elle vit dans sa ville natale jusqu'à la fin de l'adolescence, période durant laquelle elle chante parfois comme amateur dans les maisons de fado. À l'âge de 20 ans, pour des raisons familiales, elle s'installe à Barcelone.

En 1991 après plusieurs emplois divers dans la chanson, la danse, le music-hall, la télévision etc... elle décide de retourner vivre au Portugal, à Lisbonne, pour construire son propre répertoire dans l'univers du Fado. José Saramago, prix Nobel de littérature a écrit pour elle. Le réalisateur français Patrice Leconte a réalisé un de ses vidéo-clips. John Turturro l'a choisie pour son film "Passione". William Christie l'a programmé à la Cité de la Musique à Paris. Pendant des années elle se forge une carrière internationale sur les scènes les plus prestigieuses comme par exemple le Philharmoniker de Berlin, le Festival d'Avignon, le Teatro National de São Carlos à Lisbonne, le Théâtre du Châtelet à Paris, Town Hall à New York, le Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, le Cocoon Theater à Tokyo, etc… Son travail est mentionné dans presse mondiale : Billboard, New York Times, Libération, Die Zeit, etc… Mísia est la chanteuse portugaise actuelle qui eveille le plus grand culte international de la célébration des sentiments intemporels et universels, dans sa langue maternelle, mais aussi dans bien d'autres langues.

Sa carrière dans le fado commence en 1991, un moment peu propice, à cette époque le fado, récemment déclaré comme Patrimoine Immatériel de l'Humanité, évoquait la présence de la grande Amalia Rodrigues, qui a ouvert les portes au monde à ce genre musical lorsque personne encore ne parlait de "world music". Sans public pour son style personnel et contemporain, durant plusieurs années, Mísia à du tracer son propre chemin dans ce genre, qui à quelques exceptions près, n'avait pas le prestige culturel et commercial dont bénéficie aujourd'hui. Mísia est une pionnière, un esprit libre et c'est sans doute pour cette raison que certains l'appellent "l'anarchiste du fado".

Elle n'a jamais oublié la place qu'avait le fado traditionnel de son adolescence à Porto. Lors de son retour au Portugal venue de l'Espagne, elle décide de ne pas commencer sa carrière en s'inspirant des chansons des grands artistes qu'elle admire. Elle décide de créer son propre répertoire. Commence alors ce que Manuel Halperne nommera le Nouveau Fado.

... "La limite temporelle est toujours difficile. Mais si nous devions fixer une date pour le début du nouveau fado, ce serait mars 1991, date à laquelle Mísia sort son premier album. Tout ce qui existe avant est une sorte de préhistoire." Manuel Halperne dans The Future of Nostalgia.

Elle contacte personnellement les poètes et les compositeurs, les chanteurs, les auteurs, photographes, designers, stylistes portugais et les séduit avec sa vision du fado. Agustina Bessa -Luís lui écrit le seul poème connu de l'auteur. José Saramago, José Luis Peixoto, Lidia Jorge, Vasco Graça Moura, Mário Cláudio Paulo Jose Miranda, Helia Correia, Manuela de Freitas, Jorge Palma, Vitorino, Sérgio Godinho, écrivent spécifiquement pour son travail à elle. Elle crée sa propre sonorité, enregistre avec le traditionnel trio de guitares et y ajoute parfois des instruments entendus dans les rues de Porto de son enfance comme l'accordéon et le violon par exemple. Avec ce fado "contemporain" elle atteint ses premiers succès en Espagne, au Japon, en Allemagne et au Portugal, où on lui remet la Médaille du Mérite et le Prix Amalia Rodrigues dans la catégorie de divulgation internationale.

En France elle reçoit la Médaille Vermeil, la plus grande distinction de la ville de Paris, et est Officier de l'Ordre des Arts et des Lettres de la République Française. La cinéaste chilienne Carmen Castillo réalise deux films sur Misia pour la chaine franco-allemande ARTE. L'artiste conceptuelle Sophie Calle l'invite à participer à son projet "Prenez soin de vous" à la 52ème édition de la Biennale de Venise.

DISCOGRAPHIE

Mísia (1991)

Mísia Fado 1993)

Tanto Menos Tanto Mais (1995)

Garras dos Sentidos (1998)

Paixôes Diagonais (1999)

Ritual (2001)

Canto (2003)

Drama Box (2005)

Ruas (2009)

Senhora da Noite (2011)

Delikatessen Café Concerto (2013)

Avec son album Tanto Menos Tanto Mais elle reçoit le Grand Prix de l'Académie Charles Cros en France, prix qui jusque là n'avait été obtenu que par une seule portugaise: Amalia Rodrigues avec le disque "Com que Voz". Garras dos Sentidos se vend à plus de 250.000 exemplaires et a été distribué dans 62 pays. Paixôes Diagonais, bénéficie de la participation de la pianiste Maria João Pires. Canto, s'est totalement inspiré par la musique de Carlos Paredes avec des poèmes de Vasco Graça Moura, mais aussi de Pedro Tamen et Sérgio Godinho. Cet album obtient le prix de la critique discographique en Allemagne. Dans Drama Box il y a la participation de Fanny Ardant, Ute Lemper, Carmen Maura, Miranda Richardson et Maria de Medeiros. Dans le double album Ruas (2009), en plus du Fado (Lisboarium) elle chante des chansons et des interprètes d'autres pays (&Tourists) qui symbolisent également le sentiment tragique de la vie qui existe dans le Fado. Versions de Nine Inch Nails, Joy Division, Camaron de la Isla, Dalida, etc... En 2012, dans Senhora da Noite Mísia retourne vers le patrimoine musical du fado traditionnel. Dans cet album, pour la première fois dans l'histoire du genre, les textes sont écrits exclusivement par des femmes -13 fados, 13 femmes. Ecrivains, poètes, fadistes, chanteuses. Leurs noms : Agustina Bessa Luís, Florbela Espanca, Manuela de Freitas, Helia Correia, Amélia Muge, Lidia Jorge, entre autres. C'est pour cet album que John Turturro réalise le vidéo-clip de "O Manto da Rainha" d'après un texte de Mísia.

Mísia est une "voix personnage" qui participe à divers projets alternatifs à sa carrière de fadiste. Des exemples de cette polyvalence sont : "L'Histoire du soldat" de Stravinsky, "Les sept péchés capitaux" de Kurt Weill et Bertold Brecht, "Maria de Buenos Aires" de Piazzolla e Ferrer, ainsi que sa participation à lŽalbum "Mediterrâneo" du groupe baroque L'Arpeggiata. En 2013, elle participe en tant que comédienne dans la pièce "L'Abattoir Invisible" de Karin Serres. Elle prépare actuellement un projet théâtral à partir d'un texte dŽAntonio Tabucchi.

Delikatessen Café Concerto (2013) - Un dîner en temps de crise. Au menu, des musiques portugaises (Fado do Ciúme, Cha Cha Cha em Lisboa, Só nós Dois, etc), françaises et espagnoles. À table le maestro napolitain Fabrizio Romano et les invités d'honneur. On compte parmi eux, le ténor mexicain Ramon Vargas, la brésilienne Adriana Calcanhotto, les portugais, Paulo Furtado Legendary Tigerman, Mélech Mechaya, Dead Combo. Il y a aussi un duo avec Iggy Pop dans "Chanson d'Hélène" (du film Les Choses de la Vie). Il existe un vidéo-clip de cette chanson.

En 2014 Mísia fera la première de deux nouveaux concerts: "Tributo a Amália Rodrigues" pour la 4ème édition du Festival de Fado de Madrid et "São 3" (Caymmi, Lupicinio & Cartola) lors de la 21ème édition du festival Porto Alegre em Cena, au Brésil. Suite à l'invitation dŽAdriana Calcanhotto, Mísia chante la musique de ces trois compositeurs brésiliens qu'elle traduira dans le langage musical du Fado, en les accompagnant de trois guitares.

En Février 2015 Mísia sera accompagnée par la Philarmonique de Bremen pour interpréter un répertoire qui englobe non seulement le fado, mais aussi les lieder de Schubert.

* "Mísia drawing tears in any language." Johanna Keller, New York Times.

Salles où le Fado a été introduit pour la première fois par Mísia


France, Suisse et Belgique:
Grande Cour d'Honneur du Palais des Papes, Avignon (FR) • Théâtre des Champs Elysées, Paris (FR) • Maison des Cultures du Monde, Paris (FR) • Théâtre du Châtelet, Paris (FR) • Midem, Cannes (FR) • Dranouter Festival, Dranouter (BE) • Palais des Beaux Arts, Bruxelles (BE) • Salle Flagey, Bruxelles (BE)

Allemagne et Autriche:
Philarmonie, Berlin (DE) • Tipi am Kanzleramt, Berlin (DE) • Alter Oper, Frankfurt (DE) • Musikhalle, Hambourg (DE) • Konzerhaus, Vienne (AT)

Portugal et Espagne:
Grande Auditório da Culturgest, Lisbonne (PT) • Festival de Capuchos (PT) • Teatro Nacional Maria Guerrero, Madrid (ES) • Palácio de Congressos, Madrid (ES) • Festival El Grec, Barcelone (ES)

USA et Autralie:
Berkeley Performance, Boston (USA) • Cleveland Museum of Art, Cleveland (USA) • Listner Audiotorium, Washington (USA) • Ravinia Jazz Festival, Chicago (USA) • Womad Festival, Adelaide (AU)

Et aussi:
Teatro Gral. San Martín, Buenos Aires (AR) • Le Carré, Amsterdam (NL) etc...